Google se met à l’art

article
Capture d’écran du site Institut Culturel Google

Le géant de l’internet ne s’arrête plus, après avoir numérisé les routes de tous les pays avec son Google Maps, ce sont les œuvres d’art qui y passe. Le principe de Google Art est d’héberger en ligne des trésors culturels du monde entier. Il dispose aussi de son Lab basé à Paris comme l’explique Amit Sood,  cofondateur du Google Art Project et directeur de l’Institut Culturel, « Nous avons choisi Paris car c’est une place centrale par laquelle la plupart des artistes passent un jour, et aussi parce que la vingtaine d’ingénieurs qui travaillent dessus sont basés ici”.

Mais qu’on ne s’y trompe pas le Lab, installé dans les locaux de Google France, n’est pas ouvert au public, il le sera « exceptionnellement » lors d’événements ponctuels. Le Lab reste un bureau permettant de multiplier les contacts avec le monde culturel. Il sera aussi un lieu de résidence pour les artistes « L’idée est de leur permettre d’avoir accès à notre technologie pour travailler sur leurs œuvres et leur montrer ce qu’il est possible de faire » comme l’explique Laurent Gaveau, directeur du Lab.

Le Google Art Project, c’est près de 400 musées partenaires du projet, dont le Château de Versailles, l’Institut du Monde arabe et le Musée d’Orsay. Le principe consiste à numériser les œuvres d’art mais aussi les locaux de ces institutions culturelles et permet ainsi à l’internaute de « cyber-visiter » le musée de son choix et de créer sa propre exposition virtuelle grâce à la Google Open Gallery.

Malgré cette avancée importante de l’Art dans la culture numérique, le projet divise. En effet plusieurs musées français (Le Louvre, le Centre Pompidou) ont pour l’instant déclinés l’invitation du géant américain. De plus lors de l’inauguration du Lab le mardi 10 décembre, c’est la ministre de la Culture et de la Communication qui a refusé de s’y rendre, n’acceptant pas de « servir de caution à une opération qui ne lève pas un certain nombre de questions que nous avons à traiter avec Google ». Les problèmes visés par la ministre relève  de l’équité fiscale, la protection des données personnelles, la protection de la diversité culturelle et enfin le dossier des droits d’auteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s