Europunk : chronique d’une visite

Initiée par l’académie de France à la Villa Médicis de Rome, cette exposition, née dans un esprit « choc des cultures » à déjà voyagé en Europe : au Musée d’Art contemporain de Genève et au BPS 22 à Charleroi notamment. Depuis  l’automne elle squatte la Cité de la Musique à Paris et s’enrichie à l’occasion de nombreux contenus musicaux et audiovisuels et même d’une programmation live. Punk is not dead ?

Visuel exposition Europunk
Visuel exposition Europunk

Mardi 29 octobre 2013, 11h50, Paris XIXè, parvis de la  Cité de la musique. Avant même l’ouverture des portes il y a déjà la queue Porte de Pantin. Le défi dans cette file hétéroclite ? Repérer les visiteurs pour la collection permanente et ceux venus pour l’exposition temporaire : 3 femmes d’une soixante d’années, quelques adolescents, des couples de 16 à 70 ans et cette sympathique famille de rockeur tatoués (Papa, Maman et leurs 2 ados) en Doc Martens, jeans noirs rapiécés et tee-shirts destroyed. Figurez-vous que tout ce beau monde est là pour Europunk !

L’exposition se déroule sur 2 étages. Le rez-de-chaussée ancre le mouvement dans l’histoire contemporaine : la time-line, telle l’épine dorsale de l’expo  rappelle que le punk est né sur les cendres froides de Mai 68 et de la période hippie, dans un contexte de crise économique et de fin des idéologies. Le propos  est sans cesse animé et étayé par les dizaines de clips ou extraits de live de Siouxsie, Billy Idol, Stinky Toys, Sex Pistols ou Patti Smith diffusés dans les téléviseurs d’un autre temps, empilés pour former de hautes colonnes.

Le WTF (What The Fuck)

On s’attarde quelques minutes devant  les reliques des Sex Pistols : affiche de leur concert à Paris en 1976,  chemises et T-shirts customisés par leur copine Vivienne Westwood, toujours distrait par la télévision. On reconnait : Johnny Rotten en blouson zippé rose répondant à une interview qu’il ponctue de ses doigts d’honneur à la caméra.

Le DIY (Do It Yourself)

L'explosion graphique, Bazooka (1974) (C) Collectif Bazooka
L’explosion graphique, Bazooka (1974)
(C) Collectif Bazooka

On découvre ensuite le collectif parisien Bazooka : étudiants, artistes, anarchistes menés par Loulou et  Kiki Picasso. Des affiches, flyers, posters, fanzines et pochettes de disques réalisés par collages et au crayon sur du papier recyclé de Libération, avec les moyens du bord.

Le A pour Anarchy

Avant de descendre au sous-sol on se penche sur le destin des Clash, l’utopie anarchique des Crass et on passe devant le « bocal studio » (où sont entreposés guitares, batterie, et basse  à la façon d’une cabine de studio d’enregistrement). Puis c’est au tour de Joy Division et de Wire qui annoncent la fin de la décennie, la fin d’une époque.

Le sous-sol propose finalement de découvrir des chansons emblématiques issus  de groupes  britanniques, français, mais aussi allemands, suisses, italiens, néerlandais ou encore scandinaves. On y retrouve  un ensemble de photo de Belle Journée En Perspective qui a immortalisé les premiers punks parisiens.

Enfin, impossible de ne pas s’accorder quelques minutes de coloriages sur le livre d’or numérique : occasion de réaliser des fresques à coup de bombes de peinture fluo et d’effets « projection d’urine » avant de créer son propre badge (on souligne que  ces activités interactives  ont  été réalisés en collaboration avec l’École Multimédia).

Pour les plus passionnés (ou les plus fatigués) l’exposition s’achève sur deux salles obscures où l’on diffuse en boucle d’une poignée de courts-métrages signés d’un certain Captain Zip.

 

Europunk : exposition temporaire à la Cité de la Musique, (Paris XIXè) du 15 octobre 2013 au 19 janvier 2014.

Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 18h, nocturnes les vendredis et samedis jusqu’à 22h
Tarifs : de 5€ à 9,50€

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s