« Il Turco in Italia » de Gioachino Rossini

« Chaque phrase, chaque mot a une grâce nouvelle dans la délicieuse musique de Rossini. » Stendhal

Pour les fêtes de fin d’année, Angers Nantes Opéra a souhaité offrir au public nantais et angevin une nouvelle production de l’opéra de Rossini, en coproduction avec les théâtres de la Ville de Luxembourg. Créée en 1814 à la Scala de Milan, l’œuvre n’avait pas remporté un franc succès, accueillie comme une simple réécriture de L’Italienne à Alger, créée un an plus tôt. Rossini, âgé de vingt-et-un an seulement, y risqua sa carrière et sa réputation.

Ce n’est qu’en 1950 que Le Turc en Italie fit son entrée au répertoire de la Scala grâce à Maria Callas et à son interprétation du rôle principal, Fiorilla.

Cet opéra fait pourtant preuve d’originalité. Bien que Rossini aimât reprendre plusieurs de ses phrases musicales pour écrire ses nouvelles œuvres, le Turc en Italie est d’une écriture entièrement originale et s’inspire des grandes scènes de turqueries, comme par exemple chez Mozart ou chez Molière, qui plaisaient tant au public de l’époque. Le livret est ainsi construit qu’il permet une mise en abîme de l’opéra, où la comédie dans la comédie a toute sa place et dont les ficelles ne dépendent que d’un seul personnage, le poète Prosdocimo, qui en manque d’inspiration pour sa nouvelle pièce, s’en va observer les acteurs de cette farce.

turco_italia_ANO_448
Crédits photo : Jeff Rabillon

La jeune Fiorilla, mariée au vieux Don Geronio et courtisée par le jeune Narciso, s’éprend de Selim un prince turc tout juste débarqué et retrouvé par Zaïda son ancienne maîtresse. L’intrigue se déroule dans la baie de Naples où imbroglios, coups de théâtre et tromperies vont constituer un sujet parfait pour la nouvelle pièce de Prosdocimo.

Dans cette nouvelle coproduction, le metteur en scène Lee Blakeley choisit de transposer l’histoire dans les années 1920 où le charleston et les arts décoratifs deviennent le cadre de vie des personnages. Le poète devient cinéaste en quête d’un nouveau scénario, Don Geronio devient chef de gare et Fiorilla, serveuse. Mais l’intrigue n’en est pas moins réelle et tout ce vaudeville prend forme au rythme des sifflets des locomotives à vapeur et des bateaux accostant dans la baie.

Chaque personnage a sa place, à l’image de ceux de la Comedia dell’arte : l’ingénue, le bouffon, l’amant. On pourrait croire à un opéra bouffe mais la virtuosité vocale que Rossini offre  à ses personnages en fait un opéra à part entière. On retrouve ici la patte rossinienne à travers les longues phrases vocalisantes et les finales triomphantes. A l’écoute des airs solos autant que des grands septuors, on comprend mal le rejet du public de la Scala à la création de l’œuvre tant la partition regorge de singularité et de génie.

Turc en Italie, Rossini by: Jef Rabillon
Crédits photo : Jeff Rabillon

La distribution est idéale. Fiorilla est interprêtée par une jeune soprano américaine, Rebecca Nelsen, dont ce sont les débuts en France, et dont la ligne de chant offre une homogénéité parfaite autant dans le legato que dans les vocalises. Le Turc Selim est chanté par la basse Nahuel di Pierro, impressionnant de profondeur vocale. Franck Leguérinel, habitué des scènes nantaises et angevines, campe un Don Geronio plein de drôlerie mais qui n’entame pas un chant toujours constant. Zaïde est interprêtée par l’italienne Giuseppina Bridelli, tout aussi peste que Fiorilla lorsqu’il s’agit de défendre ses intérêts et dont la voix de mezzo traduit parfaitement cette fougue.

On ressort de ce spectacle en se demandant ce qui a bien pu déplaire au public milanais en 1814!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s